AMENAGEMENT DE L’AVENUE STALINGRAD

<Article précédent> <Sommaire> <Article suivant>

Le 3 mars 2015, quelques jours avant les élections départementales, les élus et les administratifs du département, accompagnés de la conseillère générale sortante, avaient organisé une grande réunion dans le quartier des Parapluies. L’objectif de cette réunion était d’expliquer aux administrés-électeurs toute la générosité du département d’accepter de rénover la rue Stalingrad, une rénovation attendue depuis au moins 10 ans.

Ce soir-là, le projet élaboré sans aucune concertation avec les habitants avait suscité de vives réactions. L’auditoire avait déploré l’absence de pistes cyclables, d’arbres, et de cohérence entre les attentes des habitants et l’élargissement des trottoirs, etc..

Pour calmer les esprits et calmer une opinion publique sensible en ces temps d’élection, les élus avaient annoncé la création d’un groupe de travail afin d’entendre, de comprendre et de prendre en compte les demandes légitimes des usagers de cette avenue.

Ce groupe de travail eut lieu le 23 juin mais avec un réel changement de décors : ce n’était plus un lieu public implanté au sein du quartier mais une salle de réunion située dans l’annexe de la Mairie, inaccessible de l’extérieur. Arrivée en retard de 2 m, j’ai dû tambouriner 10 mn sur un rideau de fer pour obtenir la venue d’un participant. Etaient présents quatre administratifs, trois élus et 6 habitants…

A peine assise, le représentant du département annonça «  que le projet serait fait en l’état, que les habitants avaient simplement mal compris et qu’il était présent pour refaire une simple nouvelle présentation du projet initial. Cette personne, qui semblait être responsable d’un service était accompagnée des deux anciens orateurs présents le 3 mars : sans doute leur avait-t-on reproché d’avoir mal vendu le projet. Quatre mois plus tard, un responsable plus pédagogue était envoyé avec pour mission d’expliquer à des habitants ineptes le bien fondé d’un projet technocrate.

A mes questions sur les attentes des habitants, il m’a été répondu « qu’est ce qui justifient ces demandes ? Elles ne sont pas conformes à notre projet. ». Les réponses des élus locaux et des administratifs signifiaient de façon tacite «  Votre rue est rénovée, soyez content et ne venez pas nous apprendre notre métier ».

Etant appelée à une autre réunion, je n’ai pas pu partager la fin de cette soirée avec les personnes présentes mais sachez que le projet initial conçu sans concertation avec les habitants mais avec la validation des élus, se fera avec un élargissement des trottoirs, une zone 30, une absence de pistes cyclables et de verdure. Le cout sera de 1,3 millions d’euros.

Murielle MICHON
Présidente de l’Appel pour Fontenay

<Article précédent> <Sommaire> <Article suivant>